Les membres et partenaires du Réseau des éducateurs de rue de la métropole de Manille, partenaires d’ASMAE – Association Sœur Emmanuelle (SENMMAP) dont Virlanie fait partie se sont réunis à Stairway Foundation à Puerto Galera, Oriental Mindoro du 6 au 9 mai 2019 pour participer à une formation sur le travail social de rue.

La formation a rassemblé 20 éducateurs de rue issus de différentes organisations travaillant avec et pour les enfants en situation de rue.

Elle a été rendue possible par ASMAE Philippines et le Projet ASYA, co-financé par le Programme Erasmus + de l’Union européenne. Cette formation a été calquée sur le modèle de celle tenue en Janvier 2019 avec d’autres éducateurs de rue, elle visait à permettre aux participants de partager leurs expériences et de s’accorder sur une éthique et des pratiques communes.

Échange de bonnes pratiques

Répartis en plusieurs groupes, les participants ont échangé sur leurs expériences et identifié ensemble les meilleures pratiques à adopter en matière de travail social de rue. Les groupes ont présenté le fruit de leurs discussions par des médiums créatifs : posters, mime, jeux de rôle, mise en situation, etc.

Jorge Villegas de l’organisation Kuya Center témoigne : « Nous sommes vraiment heureux que des membres de Kuya Center aient pu participer à ces ateliers. C’est exactement le type de formation dont nous avons besoin, car cela nous permet de définir des solutions très concrètes et applicables dans notre travail quotidien dans la rue. »

Observation générale n ° 21 du Comité des droits de l’enfant de l’ONU sur les enfants en situation de rue

Cette formation a été l’occasion de rappeler l’importance de la Convention des Droits de l’Enfant et tout particulièrement de l’Observation générale (OG) n°21 du HCDH sur les enfants en situation de rue (2017) dans la pratique du travail social de rue. L’OG n°21 reconnaît au plus haut niveau que les enfants en situation de rue ont droit à la protection, à la participation et à l’accès aux services.

Les participants se sont vu rappeler qui sont les « enfants en situation de rue ». Cette dénomination englobe à la fois [1] les enfants qui dépendent de la rue pour vivre et/ou travailler, qu’ils soient seuls, avec des pairs ou avec leur famille et [2] un plus large groupe d’enfants qui passent un temps important dans les espaces publics, et pour qui la rue joue un rôle vital dans leur identité et dans leur quotidien. Ce groupe inclut les enfants qui travaillent et vivent dans la rue périodiquement ainsi que ceux qui ne vivent ni ne travaillent dans la rue mais qui y accompagnent régulièrement leurs pairs, frères et sœurs et/ou famille.

Éthique du travail social de rue

La formation a été l’occasion de poser les bases d’une éthique spécifique au travail social de rue : respect et tolérance pour les bénéficiaires, nécessité d’apporter les services là où ils sont nécessaires, construction des relations basée sur la confiance, aider les enfants à gagner confiance en eux et à développer leurs capacités pour qu’ils puissent activement prendre part à la société.

Il a aussi été souligné que les pratiques d’éducation non formelles devraient être promues pour le développement et le bien-être des enfants en situation de rue.

Objectifs du travail social de rue

Les participants ont, ensemble, identifié les raisons pour lesquelles ils exercent le métier d’éducateur et de travailleur social de rue.

Ils ont listé une série d’objectifs associés à leur métier : (1) Inclusion des enfants laissés pour compte, (2) Aider les enfants à accéder aux ressources disponibles au sein de leurs communautés, (3) Sensibiliser les enfants aux questions sociales et politiques.

Stratégies du travail social de rue

Etant donné que l’environnement « rue » est en perpétuel évolution, les travailleurs sociaux de rue choisissent d’adopter une méthode scientifique dans leur approche.

En d’autres termes, ils adoptent des pratiques qui se sont avérées valides suite à des expériences répétées. Parmi les stratégies les plus fréquemment adoptées dans le travail social de rue, on compte l’étude et la connaissance approfondie de la zone d’intervention, les visites régulières aux membres de la communauté, les communications régulières avec les autorités locales, la rédaction de rapports d’activités, la mise en place de plans d’intervention, le suivi et l’évaluation du plan, et la phase de suivi post-exécution du plan.

Les participants se sont tous mis d’accord sur une chose : la nécessité de sans cesse inventer et réinventer les pratiques et les outils du travail social de rue pour s’adapter aux besoins mouvants des enfants et de leur environnement.

Arlyne Fernandez, Directrice exécutive adjointe de Virlanie et travailleuse sociale depuis plus de 25 ans le confirme : « L’une des principales caractéristiques du travail social de rue est la fluidité et la flexibilité. Nous rencontrons nos bénéficiaires cibles et essayons, autant que possible, de leur proposer des services et un soutien sur mesure – basés sur leurs besoins spécifiques. Il n’y a pas de solution ni de méthode universelle. Il faut être créatif et chercher de nouvelles ressources en permanence. »

ASMAE a également présenté certains aspects de l’étude de base 2018 sur les enfants en situation de rue à Manille co-conduite par ASMAE et l’Agence Française de Développement (AFD). Les participants à la formation ont été invités à faire part de leurs recommandations. L’étude sera rendue publique prochainement lorsque les résultats et recommandations seront finalisés.

Susette Billaraiz qui était elle-même une enfant en situation de rue travaille aujourd’hui en tant qu’éducatrice de rue pour Kanlungan sa Erma Ministry, Inc. : « En devenant éducatrice de rue, j’ai appris à mieux gérer les enfants. Ce type d’échange de bonnes pratiques entre organisations est très utile pour chacun d’entre nous. Cette formation a été très enthousiasmante pour moi qui étais une enfant en situation de rue et qui est devenue éducatrice de rue. »

SENMMAP est un réseau local d’association et d’ONG pratiquant l’éducation et le travail social de rue dans la métropole de Manille. Ses membres sont : Bahay Tuluyan, Child Hope, Kanlungan sa Erma Ministry, Inc. et Virlanie, soutenus par leur partenaire ASMAE. Tous les membres de SENMMAP ont participé à la formation, et ont été rejoints par des membres invités de Kuya Center.

Parcourez ci-dessous les photos de la formation :

Feeback training workshop for Street Educators

Feedback Training Workshop for street educators Day 2

Feedback Training Workshop for street educators Day 3

Feedback training workshop for street educators Day 4

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!